Teddy Riner champion du monde

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !

Il se peut que vous nous ayez écoutés la semaine dernière, lors de notre dernière revue sur le monde du judo, et que vous ayez judicieusement misés sur ce sportif sur vos sites de paris sportifs en ligne habituels. Grand bien vous en a fait, car si vous avez écouté nos conseils, vous avez forcément engendré des gains grâce à vos paris en misant sur le Français Teddy Riner et devez certainement à ce jour ne pas regretter le moins du monde votre choix.

Teddy Riner champion du monde

Avec l’absence de l’Italie en Coupe du Monde 2018 de football, c’est le titre qui fait le plus la une de la presse depuis lundi 13 novembre. Teddy Riner a donc enrichi son palmarès avec une dixième couronne de champion du monde. Il remporte ce titre le samedi 11 novembre à Marrakech, au Maroc et dans toutes les catégories, tout juste dix ans après sa toute première. Une occasion pour nous de refaire un peu le point sur cette 10e victoire consécutive aux championnats du monde.

10e victoire

Teddy Riner est donc un jeune athlète de 28 ans qui peut se vanter d’avoir atteint la symbolique « decima » en remportant ce week-end la finale des Championnats du monde toutes catégories à Marrakech. Il laisse ainsi une empreinte aussi grosse qu’une trace de botte sur la Lune, dans l’histoire du judo et rend la France fière de ses exploits. Mais cette dixième victoire est également une sorte de jalon symbolique qui peut tout à fait se retrouver associé à d’autres disciplines sportives dans l’imaginaire collectif du sport. On peut tout à fait le placer en haut de l’affiche avec Rafael Nadal et ses dix fois vainqueur à Roland-Garros ou au Real Madrid qui a été dix fois victorieux de la Ligue des champions. C’est une entrée dans une sorte de panthéon qui n’aura pas échappé également au président de la République Emmanuel Macron qui le saluera alors dans un tweet : « La constance dans l’exceptionnel ! ». Brandissant ses deux mains ouvertes pour fêter son dixième titre, il aura alors ensuite conscience de son exploit : « La dixième médaille d’or, c’est quelque chose de symbolique. C’est les dix doigts, les deux mains. C’est aussi rejoindre au panthéon les grands noms du sport ».

Le colosse de France

On peut vraiment parler de colosse effectivement. Teddy Riner, du haut de ses 2,03 m et de ses 131 kg à toujours un regard porté vers l’avenir et pense déjà aux Jeux Olympiques de 2024 qui se dérouleront à Paris lorsqu’il fêtera ses 35 ans. À cette occasion, il n’a alors qu’un souhait : « J’espère que mon corps ne me lâchera pas avant 2025 ! » Et son parcours est des plus honorables. Le judoka a par exemple obtenu son huitième titre en + 100 kg aux Championnats du monde en 2015 alors que sa dernière défaite remontait au 13 septembre 2010, se retrouvant en finale des Mondiaux toutes catégories à Tokyo, face au Japonais Daiki Kamikawa. Il subira alors une défaite sur décision des arbitres. Il ajoutera cependant à son palmarès un double champion olympique en titre des poids lourds 2012 et 2016, puis deux de plus en l’espace de deux mois, début septembre 2017 à Budapest (+100 kg), puis ce dernier ce week-end à Marrakech.

Des combats de Titans

Teddy Riner a ainsi étiré sa vertigineuse série de victoires consécutives à 144 combats durant son long parcours qui n’est pas terminé. On a pu assister samedi matin à un combat où le judoka s’est montré prudent face au Kirghize Iurii Krakovetskii. Remporté dans le golden score (waza-ari), le plus gros combat s’est effectué cependant dès le deuxième tour, avec le redoutable Géorgien Guram Tushishvili. Cet adversaire l’avait effectivement fait vaciller en demi-finale mondiale à Budapest. Le Champion du Monde a finalement franchi l’obstacle brillamment au bout d’un combat spectaculaire, à l’image de son premier waza-ari. Il fera ensuite voltiger son adversaire après à peine une minute de duel et montrera toute sa joie humblement en posant ses mains sur les genoux à l’approche de la fin du combat.

Ses derniers combats

Il remportera alors ensuite ses quatre autres matchs face au Tunisien Faicel Jaballah, le Mongol Temuulen Battulga, le Cubain Andy Granda, puis le Belge Toma Nikiforov, dominé par deux waza-ari en finale. Teddy déclare alors : « Sur chacun des combats, j’ai pris du plaisir parce que j’ai réussi à faire tomber. Pour moi, c’est le plus important. Je suis quelqu’un de très frustré, même à l’entraînement, quand je n’arrive pas à faire tomber ».

Un regard tourné vers 2020 et 2022

Teddy Riner se tourne déjà vers 2020 pour une prochaine compétition qu’il peut aborder sereinement. Il cherche à concrétiser son objectif ultime : un troisième sacre olympique consécutif au pays du judo, à Tokyo en 2020. Ce serait alors du jamais vu chez les lourds et on ne recense qu’un seul athlète ayant réussi cet exploit : le Japonais Tadahiro Nomura en – 60 kg en 1996, 2000 et 2004. Teddy Riner vient de signer récemment un contrat avec son nouveau club, le Paris SG judo, et espère bien s’imposer lors des prochaines olympiades.

Une famille présente pour le soutenir

Fait plutôt marquant, on a pu retrouver près de 70 membres de sa famille sur place lors de son dernier sacre. Parents, grands-parents, parrain, etc, personne ne manquait à l’appel pour soutenir le judoka ce samedi 11 novembre à Marrakech et les larmes ont coulées dans le public lorsqu’il est devenu champion du monde pour la dixième fois. Il s’est alors soudainement laissé tomber à genoux sur le tatami, la tête entre les mains, avant d’aller étreindre toute cette belle petite famille présente en nombre ce jour de célébration. « Il y avait vraiment tous les gens qui comptent pour moi. C’est mon poumon, mon second souffle ».

Jusqu'à 50€ Offerts en Cash

Profitez de l'Offre !