La Coupe du monde de rugby 2023 en France

Jusqu'à 50€ Offerts en Cash

Profitez de l'Offre !

Nous sommes mercredi 15 novembre et le verdict vient à l’instant de tomber pour ce début d’après-midi ! La France organisera la Coupe du monde de rugby 2023 ! Tout s’est déroulé à Londres, alors que les fédérations et confédérations de World Rugby se réunissaient pour débattre sur le pays qui aura su se montrer le plus convaincant pour organiser le prochain Mondial du ballon ovale. Et ils ont désigné la France, devant l’Afrique du Sud au deuxième tour, pour organiser la Coupe du monde en septembre et octobre 2023 alors que l’Irlande qui était le troisième gros concurrent a été éliminée au premier tour.

La France remporte 24 voix

C’est dans une des salles du Royal Garden Hotel de Londres, vraiment silencieuse et impatiente d’entendre la nouvelle que mercredi 15 novembre 2017 à 14h08, heure française, Mr Bill Beaumont, le président de World Rugby, a désigné la France pour organiser la dixième édition de l’histoire de la Coupe du monde 2023. Un choix qui n’a pas été si unanime que ça puisqu’au premier tour de scrutin, la France est arrivée en tête avec 18 voix, suivie de près par l’Afrique du Sud avec 13 voix et l’Irlande avec 8 voix. Mais tout s’est joué au second tour puisque la candidature française a devancé celles de l’Afrique du Sud en s’envolant au deuxième tour de scrutin avec 24 voix à 15. C’est donc officiel : les Français accueilleront donc pour la deuxième fois un Mondial de rugby. Ce n’est effectivement pas une première, mais cela faisait quand même 10 ans que cela n’était plus arrivé, depuis l’organisation de celui de 2007 qui comportait cependant quelques matches en Irlande et au pays de Galles.

World Rugby n’a pas été entendu

C’est également un constat puisque la recommandation de World Rugby n’a finalement pas été suivie. En effet, le rapport publié fin octobre de recommandation de World Rugby avait cependant placé la France en deuxième position. Elle était donc placée juste derrière l’Afrique du Sud qui apparaissait du coup comme favorite du scrutin. C’est pour cette raison que cette décision de cet après-midi est devenue sur le coup, une drôle de surprise pour le comité de candidature français qui restait cependant particulièrement confiant jusqu’aux votes d’aujourd’hui. Mais il faut savoir également que cette recommandation ne faisait pas vraiment office de vote et que les tenants de la candidature française étaient notamment axés sur des aspects marketing et financier qui ont alors été salués dans le rapport. Le Word Rugby et plus particulièrement Bill Beaumont, son président et ancien deuxième-ligne et capitaine du XV d’Angleterre, voit ici un camouflet, alors qu’il avait soutenu le choix de l’Afrique du Sud au regard de la conclusion des groupes d’experts qui rédigèrent l’audit des trois pays candidats.

9 Stades Français pour accueillir le Mondial 2023

La Coupe du monde se déroulera donc en septembre et en octobre 2023 dans les neuf stades Français suivants :

– Stade de France, à Saint-Denis
– Stade Vélodrome, à Marseille
– Groupama Stadium, à Lyon-Décines
– Stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d’Ascq
– Matmut Atlantique, à Bordeaux
– Stade de La Beaujoire à Nantes
– Stadium de Toulouse,
– Allianz Riviera, à Nice
– Stade Geoffroy-Guichard, à Saint-Etienne

Points forts et points faibles

Puisque nous connaissons à présent le grand vainqueur de ces candidatures, il nous paraît intéressant de revenir sur les points forts et les points faibles des candidatures à l’organisation du Mondial 2023 en mettant au banc d’essais les trois candidatures de l’Afrique du Sud, de la France et de l’Irlande à la lumière de la recommandation de World Rugby qui n’a pas vraiment été écoutée comme le montre le résultat d’aujourd’hui.

Deux atouts mineurs pour l’Irlande

Même si la candidature irlandaise a été saluée dans le rapport de recommandation de World Rugby publié fin octobre, ce ne sont pas ses concepts innovants autour de la promotion du rugby et le coût d’organisation maîtrisé qui auront permis d’éradiquer déjà à l’origine quelques doutes sur l’engagement des institutions. Dans ce rapport, World Rugby pointait du doigt des transports vraiment inadaptés associés à un manque d’expérience dans l’organisation de compétitions majeures. Mais le rapport dénonçait également un déficit de stades de grande capacité associé à une candidature irlandaise qui souffrirait de villes pas assez concernées par l’événement. Rien de bien positif pour passer en tête, et le fait que le rapport finissait son analyse avec un soupçon sur la garantie financière du gouvernement jugée minimale, n’étonne personne à ce jour de voir la candidature rejetée après le premier tour de votes.

L’Afrique du Sud le chouchou de World Rugby

Le rapport de World Rugby mettait en avant de nombreux avantages à laisser l’Afrique du Sud organiser ce prochain Mondial. Le continent dispose de villes hôtes totalement dédiées au rugby avec des infrastructures de qualité et fait preuve d’une expérience des grandes compétitions en proposant des équipements sportifs adaptés et surtout de nombreux stades libres de toute contingence. Mais le plus gros ennemi de l’Afrique du Sud restera toujours l’Afrique du Sud…avec cette peur sur les villes et ces inquiétudes liées à la sécurité. De plus, une instabilité politique et un manque de vision globale de la compétition se rajoutent rapidement aux problèmes de commercialisation.

Et enfin…la France

La France est un pays qui propose non seulement de faire des bénéfices sur la compétition, mais qui sait également prouver qu’elle a de l’expérience dans l’organisation de ce genre de rencontres. Elle a su montrer une vision précise et complète de la compétition en apportant sur le tapis des engagements financiers solides du gouvernement associés à sa très grande expérience des grands événements. Elle assure même une commercialisation qui générera des bénéfices conséquents. Il y a donc fort à parier que cela a réellement joué dans la balance ce jour pour lui offrir cette responsabilité d’organiser la prochaine Coupe du Monde de Rugby 2023. Mais cela n’était pas gagné d’avance, car huit des neuf stades qu’elle proposait alors sont occupés par le football et World Rugby a bien tenté de soulever que les médecins français ne sont pas assez spécialisés dans les traumatismes du rugby et que le pays disposait d’officiels inexpérimentés avec une juridiction anti-dopage trop coercitive et certaines offres hôtelières trop faibles. Mais cela n’aura pas suffi et la décision est sans retour. La France s’occupera du Mondial 2023 !

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !